Pic Carlit 2921 mètres Ascension

L’accès au site du Lac des Bouillouises et du Pic Carlit :

Attention l’accès au site et réglementé. Pour des informations sur l’accès en voiture, navette ou télésiège :  comment accéder au Lac des Bouillouises

Météo : Couvert (aucune prévision orageuse)
Carte utilisée : IGN 2249 ET Font-Romeu
Altitude mini : 2020
Altitude Maxi : 2921
Durée Totale de Marche : 6/7 heures AR
Poids du sac à dos : 5 kgs 
(y compris nourriture 0.5 kgs et Eau : 2 kgs)

 

Randonnée à la journée du Lac des Bouillousses au sommet du Pic Carlit

Traverser le Barrage du Lac des Bouillouises et prendre le sentier après l’hotel. Il vous permet de rejoindre les 4 premiers lacs. (L’étang Noir ,l’étang du Vive. l’Etang Sec puis celui de la Coumasse.)

Longer le rivage nord de l’étang Sec pour accéder au dessus des  étangs Llat et Long.

Prendre à droite en direction du Nord et suivre le chapelet des lacs, jusqu’au dernier d’entre eux l’étang Soubiran

Décor minéral et pente plus prononcée dans les pierriers de la face N du Touzal Colomer. Un passage dans les rochers et une dernière longueur soutenue permettent d’accéder à un petit laquet d’eau turquoise en partie gelée (alt. 2.598 m) dans laquelle viennent fondre les derniers névés descendus du Carlit de Baix.

Au Col Carlit (alt. 2.770 m), le sommet du Carlit se découvre mais il reste encore 150 m de dénivelée et d’escalade facile pour l’atteindre en suivant l’arête N-NW. Bien que relativement aisé (rocher sain, bonnes prises) ce cheminement pourra rebuter les personnes sujettes au vertige.

Du sommet (alt. 2.921 m) et de son jumeau tout proche la vue est exceptionnelle, de la chaîne des Pyrénées à la Méditerranée et on aperçoit l’ensemble des étangs et leur réseau complexe d’alimentation et d’écoulement.

Vue dominante du Pic Carlit sur laquet inférieur
Chapelet de Lacs aux Boullouises vue du Pic Carlit

Retour par le même chemin

 

Liste évolutive des randonnées proposées :

  1. Haute vallée de la Carança au départ de Mantet
  2. Petit Vignemale au départ de Pont d’Espagne
  3. Pic Carlit 2921 métres au départ des Bouillouises

 

 

Publicités

Comment survivre longtemps si l’on se perd en randonnée

Quelle attitude avoir et quels moyens mettre en oeuvre

Cela m’est déjà arrivé plusieurs fois de me perdre en randonnée pour les raisons suivantes :

  • excès de confiance en moi
  • envie de sortir des sentiers battus
  • pas de carte ou pas de carte précise
  • erreur d’interprétation de la carte
  • balisage aléatoire

Je m’en suis toujours sortie sans encombre en solo. (1)

La situation la plus délicate dans ce genre de situation se trouve lorsque vous êtes avec votre compagne(gnon) ou un groupe. (2)

1° cas de figure vous partez seul en montagne ou en terrain inconnu et difficile :

  • N’oubliez pas de laisser un descriptif même succinct de votre itinéraire à un de vos proches (faire une photo de votre carte IGN et l’envoyer à un ami par exemple)
  • Eviter de sortir des sentiers balisés (sauf si vous êtes un pro de la topo, en parfaite condition psychologique et physique et parfaitement équipé pour vivre en mode bivouac ou bushcraft).
  • Vos 3 atouts survie : votre mental, vos vêtements et équipement, une filtre paille pour boire de l’eau n’importe ou (65 grammes pour plusieurs milliers de litres  !!!!)

 

Les 3 points primordiaux pour durer :

  • conserver son sang-froid
  • se protéger du froid ou du chaud
  • s’hydrater

 

Gardez son sang joue enfin un rôle essentiel à la survie du randonneur égaré :

Soyez convaincu de vos ressources et de vos capacités à retrouver votre chemin. Vous n’êtes pas blessé alors pour le moment tout va bien. Les individus qui gardent le moral vont résister beaucoup mieux que les autres.

Si vous avez une carte IGN au 1/25.000e refaite un point. Dans 80% des cas l’erreur vient d’une mauvaise interprétation de vos données topographiques. Si vous êtes partie sans carte il vous faudra faire travailler votre mémoire visuelle pour refaire le chemin en sens inverse. Il m’est arrivé de retrouver un tee-shirt tombé de mon sac en utilisant cette méthode. Sinon essayer de trouver un point culminant pour vous faire une idée de votre environnement

Attention en cas de mauvaise visibilité (brouillard, pluie intense etc….), soyez extrêmement prudent. Il est préférable d’attendre une accalmie pour se remettre en route.

Si vous n’avez aucune idée d’où vous êtes : ne bougez plus, vous éviterez de vous fatiguer, de vous blesser ou de prendre une mauvaise décision.

L’immobilité est d’autant plus indispensable en cas de blessures. Lorsqu’on est blessé, il ne faut pas bouger car l’organisme s’engourdit et s’affaiblit plus vite,

Se protéger du froid ou du chaud :

Dans vos déplacements, il vous faut prendre de préférence une couverture de survie réutilisable (poids environ 300/400 grammes). Les autres sont trop fragiles et si elles n’ont pas servies depuis longtemps (c’est toujours le cas !!!), elle risque de se disloquer au premier coup de vent.

Trouver un abri c’est mieux surtout en cas de mauvais temps, pour se protéger du froid, du vent et de la pluie ou du soleil. Avec un poncho et une bougie chauffe plat vous pouvez vous faire un mini abri ou la chaleur pourra augmenter jusqu’à 20°. Cherchez à vous isolez du sol par tout les moyens, branchages, feuilles, couverture survie etc…

N’oubliez pas, quand on a bien préparé sa course, on a emporté un habit chaud et un vêtement de pluie !!!

L’hypothermie c’est quoi ? Il s’agit d’un abaissement de la température du corps au-dessous de la normale.

S’hydrater :

Il faut ensuite impérativement penser à s’hydrater pour résister longtemps. Le principe est relativement simple, il faut boire avant d’avoir soif !!!

Les besoins hydriques d’un adulte sont d’environ 2,5 litres d’eau par jour. Rajouter 1 ou 2,5  litres pour un randonneur trekkeur fournissant un effort conséquent, nous sommes entre 3,5 et 5 litres par jour.

L’eau est le seul élément liquide indispensable du randonneur. Pour ma part, je rajoute un peu de jus de citron dans ma gourde ou mon camel bag pour égayer la sortie. Au petit déjeuner ou au début de la journée, je mange la pulpe de ce citron et à la fin de la journée le zeste. (je conserve le zeste dans ma gourde et dans l’eau durant la journée). Certains complètent avec du glucose (entre 20 à 60 g par litres) et du sodium ( 1 gramme par litres). Je préfère les fruits secs (pour le sucre : abricots, figues….) et les graines (fer + sel : courge), beaucoup plus sympa à ingurgiter et très légers.

Il est rare de ne pas trouver d’eau, mais attention en fonction de l’endroit ou vous vous situez, elle peut être contaminée par des déjections animales ou une activités humaines anciennes ou récentes. Il est toujours indispensable de la purifier.

A venir comment purifier l'eau et quel équipement choisir....
A venir gérer un groupe lorsque vous vous êtes perdu.........

Faire un feu avec un firesteel et de l’écorce de bouleau

Petit Vignemale un 3000 dans les Hautes Pyrénées

Randonnée à la journée ou 2 jours avec nuit en refuge pour faire connaissance avec l’ambiance haute montagne

Météo : Ensoleillée sur les 2 jours (aucune prévision orageuse)
Carte utilisée : IGN 1647 OT
Altitude mini : 1473
Altitude Maxi : 3032
Durée Totale de Marche : 10/12 heures 2 jours
Poids du sac à dos : 9.5 kgs 
(y compris nourriture 0.5 kgs et Eau : 2 kgs)

Rejoindre  le pont d’espagne depuis Cauteret (Hautes Pyrénées – 65), un grand parking vous attend, car le site est touristique.

Option en 1  Jour de Pont d’Espagne au Petit Vignemale A/R

(prévoir entre 10 et 12 heures sans les pauses)

Depuis le Pont d’Espagne, emprunter l’itinéraire du refuge des Oulettes de Gaube. Vous arrivez au refuge eponyme que l’on rejoint après 3 heures de marche. Profitez de la vue sur la face nord du Vignemale.

REFUGE DES OULETTES DE GAUBE (FFCAM) Pyrénées Ouest 2151 m
Face Nord du Vignemale depuis le Refuge de la Oulette de Gaube

Depuis le refuge des Oulettes (altitude 2151 mètres) , prendre sur la gauche sur le sentier du GR 10, à mi-parcours de cette  montée en lacets on rencontre la fontaine du centenaire.
Suivre en continue plein sud le GR en montant toujours régulièrement et de façon soutenue en direction de la Hourquette d’Ossoue.
La hourquette d’Ossoue (2 734 m) est un col de montagne entre le Petit Vignemale (3 032 m) et le pic de la Sède (2 976 m) qui ferme la vallée d’Ossoue à l’ouest.

En arrivant à la Hourquette d’Ossoue, vue sur le refuge de Baysselance (2651 m)

REFUGE DE BAYSSELLANCE (FFCAM) Pyrénées ouest 2651 m
Refuge de Baysselance vue du Petit Vignemale 3032 mètres

Vous pouvez laisser votre sac à cet endroit puisque l’ascension se fait en A/R
Depuis la hourquette, emprunter la sente qui monte le long de la crête du Petit Vignemale.
Garder le sommet en vue et ne pas s’approcher trop près du précipice de la face nord.
On rejoint la crête finale puis le sommet avec une vue sur le glacier du Vignemale (3298 mètres).

randonnée sur le petit vignemale
Glacier du Vignemale vue du Petit Vignemale

Retour par le même itinéraire.

Option en 2 Jours de Pont d’Espagne au Petit Vignemale A/R, 1 nuit au refuge de Baysselance ou refuge de gaube et retour par le même itinéraire

————————————————————————–

Attention : La pratique de la marche, de la randonnée et du trekking du bushcraft comporte des risques inhérents à ces activités.
Nous vous recommandons donc la plus grande prudence dans l’interprétation et l’utilisation des données fournies dans ce blog.
Malgré tout le soin accordé à leur exactitude, les informations fournies par ce blog ne pourront en aucun cas engager la responsabilité de son auteur.
Par ailleurs, l’auteur et les personnes qui participent au blog et au site déclinent toute responsabilité en cas d’accident et ne pourront être tenus pour responsables de quelque manière que ce soit.

 

Pyrénées les plus belles ascensions de 3000 mètres

Liste de Materiel Trek ou Bushcraft en autonomie

précautions à prendre pour faire un feu en forêt
Faire du feu en bivouac ou bushcraft

Vous voulez partir à sortir des sentiers battus, tester un trek en solo, barouder en Bushcraft, voici une liste qui vous permettra de mieux appréhender votre aventure :

  • sac à dos (mini 45 litres)
  • sac de couchage (mini 0°)
  • hamac
  • tapis de sol
  • tenue de randonnée, veste et pantalon résistant
  • polaire ou pull en laine
  • tenue de pluie
  • couvre chef, chapeau, casquette, bob
  • bonnet chaud
  • chèche, foulard, ou shemagh
  • sous vêtement de rechange
  • paire de chaussure de randonnée
  • paire de gant en cuir, type travail ou jardinage
  • tarp, bâche à œillet ou tente
  • gourde et/ou contenant (mini 3 litres au total)
  • gamelle en métal
  • un réchaud si vous êtes uniquement dans le minéral
  • couteau
  • deux briquets
  • boussole
  • lampe frontale et pile de rechange
  • ficelle, para corde ou cordelette environ 15 mètres
  • petite serviette de bain
  • un savon
  • un rouleau papier toilette
  • une couverture de survie
  • pharmacie
  • 2 sacs poubelles 30 litres
  • nourriture peu périssable et légère
  • carte identité carte vitale argent

 

Randonnée Bivouac en Montagne

Attention : La pratique de la marche, de la randonnée et du trekking du bushcraft comporte des risques inhérents à ces activités.
Nous vous recommandons donc la plus grande prudence dans l’interprétation et l’utilisation des données fournies dans ce blog.
Malgré tout le soin accordé à leur exactitude, les informations fournies par ce blog ne pourront en aucun cas engager la responsabilité de son auteur.
Par ailleurs, l’auteur et les personnes qui participent au blog et au site déclinent toute responsabilité en cas d’accident et ne pourront être tenus pour responsables de quelque manière que ce soit.

Randonnée 3 jours Mantet Caranca

Randonnée en autonomie sur 3 jours et 2 nuits.

Météo : Ensoleillée sur les 3 jours (aucune prévision orageuse)
Carte utilisée : IGN 2250 ET
Altitude mini : 1540
Altitude Maxi : 2332
Durée Totale de Marche : 16 heures sur 3 jours
Poids du sac à dos : 13.2 kgs 
(y compris nourriture 1.5 kgs et Eau : 2kgs)

 

Pour rejoindre le village de Mantet (1540 mètres) il vous faudra emprunter juste après Villefranche de Conflent (Pyrénées Orientales – 66) une route de montagne sinueuse avec vue sur le Massif du  Canigou (Point culminant le Pic du Canigou avec 2786 mètres).

1er  Jour De Mantet au Refuge de la Carança

(prévoir 5 heures sans les pauses)

1° partie du parcours afin rejoindre l’embranchement Col del Pla – refuge de l’Alemany.

En descendant du village de Mantet, traverser le torrent ou en fonction de l’époque utiliser la passerelle située 50 mètres en aval. Suivre le balisage du GR 10 (Rouge et Blanc)

Longer le torrent sur la rive gauche durant 5 minutes et après un portail, franchir la passerelle pour se retrouver rive droite. La montée est relativement douce et bien balisée avec en toile de fond, le Pic de la Dona et la Porteille de Mantet.

Au 2/3 du parcours vous pouvez voir un ori à l’altitude 1893 mètres. A priori, une source se trouve à proximité mais je n’ai pas vérifié.

Rejoindre le refuge du ras de la carança par Mantet
Ori dans la vallée de Mantet

Encore quelques efforts pour rejoindre l’embranchement du refuge de l’Alemany – Col del Pal.

Petit croché de 5 minutes au refuge de l’Almany à 1968 mètres qui est ouvert mais non gardé. Une salle commune avec dortoir pour 8/10 personnes, coin pour manger et cheminée. Toilettes sèches à l’arrière du bâtiment.

Entre Mantet e tla Carança proche du col del pal
Vue sur le Massif du Canigou

Pour rejoindre le Col del Pal prendre la direction de droite, le sentier devient beaucoup plus difficile et sur certains passages il faut franchement lever la jambe.Nous nous élevons jusqu’à l’altitude 2357 mètres ou la vue sur le Massif du Canigou à droite et sur le Pic de la Dona à gauche nous fait oublier l’effort précèdent.

Je rencontre les 2 seuls randonneurs de la journée avec lesquels je discute 5 minutes.

Après cette pause conviviale, je reprend mon chemin en suivant à flanc de montagne le GR pour rejoindre le Col del Pla. Quelques névés sont encore à franchir en ce mois de mai, rien de grave, un peu d’exercice supplémentaire.

(A savoir : environ 300 mètres avant le Col del Pla en contre bas une source est indiquée sur la carte IGN)

Col Del Pla : Vue à 360° assurée !!!

Le plus difficile est fait !!! autant prendre le temps de faire un peu de farniente et d’admirer le paysage.

2°) partie du parcours pour rejoindre  du Col del Pla – le Refuge non gardé de Bassibés (20 minutes avant Refuge gardé du Ras de la Carança)

Une très belle descente dans la forêt avec des points de vue sur le Madres et sur le Carlit.

Pas de difficulté particulière le GR est bien tracé.

En ce qui concerne le lieu pour bivouaquer ou dormir, j’ai envisagé plusieurs possibilités :

1°) Le refuge du Ras de la Carança

2°) Bivouac avec Tarp, Hamac, ou au sol

3°) Le « refuge » de Bassibès non gardé et Hors GR (aucune indication il faut se repérer sur la carte IGN) à environ 20 minutes du Ras de la Carança.

Au fil de la journée je choisi l’option N°3 et j’arrive à 17h15 au refuge de Bassibès.

Vivre nature dans les pyrénées en randonnée et en solo
Refuge de Bassibés Hors GR et non Gardé

Je prends le temps de faire le tour du propriétaire. L’espace autour du refuge est dégagé, paraît presque entretenu.L’endroit est serein malgré l’isolement. Je croise les doigts pour que personne ne vienne déranger cette soirée de solitude recherchée.

Je descend au bord du ruisseau et par curiosité, je décide d’aller crapahuter de l’autre côté de la rive. Je repère un endroit et ….plouf, les pieds dans l’eau glaciale. Retour au refuge !

En bas du refuge je peux m’installer pour faire un feu dans le poële pour faire sécher chaussettes et chaussures (attention au monoxyde de carbone le poële n’est pas hermétique !!!), je laisse la porte de la cabane ouverte pour bien aérer. Il est aussi possible de faire un feu dans la « cheminée », ce que je n’ai pas fait par crainte du ramonage…. Sinon à l’extérieur, un espace aménagé et surélevé permet de ce faire plaisir.

le baroudeur sur le GR10
Intérieur du refuge non gardé de Bassibés

A l’étage se trouve la salle de couchage avec 7 places. J’occupe celle qui me parait le plus adaptée à mon gabarit.

A l’extérieur, le soleil brille, j’en profite pour mettre en place mon hamac. et m’accorder un instant de repos à contempler le torrent en contrebas.

La nuit arrive est je me « prépare » un repas : graine de courge à l’apéro, feu de bois pour faire bouillir l’eau des pâtes chinoises comme plat de résistance avec un demi-bouillon cube, quelques dattes et pain épeautre avec du lait concentré.

Soir de pleine lune, calme et envoûtant, je vais me coucher.

2ème Jour De Refuge de la Carança aux Etangs de la Carança

(prévoir 5 à 8 heures sans les pauses en fonction de vos envies)

A partir du refuge de la Carança, ce parcours se fait uniquement hors sentier balisé.

Le chemin est jalonné par des Cairns, la montée s’effectue sur la droite du Torrent.

Comme points de repères sur cette partie du parcours,  2 cascades  et la cabane de la Basse (que je n’ai pas vu !) avant de rejoindre une sorte de replat (zone inondable sur la carte)

Vallée glaciaire du ras de la Carança
Vallée proche du refuge du Ras de la Carança

A compter de maintenant l’environnement sera quasi minéral. Les points de vue se font de plus en plus grandiose sur le cirque des sommets enneigés.

Puis apparaît l’Estany de la Carança, dans son écrin blanc. Une partie de la surface du lac est encore gelée le 20 mai. Il fait un soleil radieux mais l’air est frais, je supporte aisément ma softshell.

Je longe la rive gauche pour m’installer et admirer le lieu. Des craquements me font craindre l’arrivée d’un orage mais après réflexion il s’agit plus certainement des bruits sourds des glaciers environnants.

Impressionnant et inoubliable

Comment randonner dans les gorges de la Carança
Etang de la Carança

Malgré le niveau d’eau du torrent, je trouve un passage pour continuer le sentier rive droite et rejoindre l’étang noir et l’étang bleu.

Après 5 minutes de marche, un premier replat ou se trouve un Ori extérieurement en très bon état mais un peu moins sexy à l’intérieur. Il peut néanmoins servir d’abri si le temps devient pluvieux ou orageux. Possible de dormir à l’intérieur, mais bon, on est mieux dehors.

Je vois débouler une harde d’isards (7/8 individus) qui m’ayant vu, remonte vers les pentes abruptes des sommets. Génial !!!

Après les avoir observés plusieurs minutes, j’envisage de traverser le torrent pour continuer l’ascension mais la neige est toujours présente et de manière abondante. Dommage, la seule frustration du jour.

Les étangs de la haute vallée de la Carança
En direction de l’Etang Noir Haute Vallée de la Carança

Je redescend tranquillement le chemin emprunté à l’aller. Un premier isard s’enfuit à 200 mètres devant moi. Puis 15 minutes plus tard, une nouvelle harde d’isards (4/5 individus). Je vois 2 personnes ce seront les seules sur cette journée.

Cerise sur le gâteau, dans une clairière un chevreuil ne m’a pas entendu arriver, il continue à paître à une vingtaine de mètres de moi durant 5 minutes. Puis il sent ma présence (plutôt le bruit de l’appareil photo) et détale en aboyant (son cri ressemble à un aboiement de chien).

Magique.

Comment observer les animaux sauvages
Chevreuil Haute Vallée de la Carança

Retour au refuge de Bassibés pour la seconde nuit.

Cette fois ci je choisi l’option de faire un feu à l’extérieur, car il n’y a pas trop de vent et il fait relativement chaud (13°) en plein soleil. J’ai l’idée de redescendre près de la coume pour observer des animaux à la tombée du jour. Bonne idée, 2 biches broutent à 200 mètres. Je m’assieds pour être plus discret. après 10 minutes, j’entends un bruit de « galop » en provenance de la forêt derrière mois. Un daguet déboule, et me vois, s’arrête quelques instant et repars en direction du torrent. Retour au refuge pour manger

Tout se déroule parfaitement, une petite biche vient même s’ébrouer à 30 mètres du refuge.

Est-ce de la chance ou l’endroit est particulièrement propice à ces animaux. La vallée est relativement isolée (4/5 heures de marche). il n’y a pas de secret, pas ou peu d’être humain et il est possible d’observer une importante biodiversité.

De plus le fait d’être seul n’engendre pas d’éclat de voix et je n’utilise pas de bâtons de marche ce qui facilite l’approche.

Je vais me coucher pour être en forme le lendemain.

Retour Refuge de Bassibés – Mantet

Départ à 8 heures, instant de grâce au bout de 3 minutes de marche, les biches que j’ai observé la veille sont dans la coume, une marmotte se promène tranquillement, l’aube du monde.

Toutes ces charmantes créatures se carapatent en me voyant, et je continue en franchissant le torrent pour entamer la montée au Col del Pal.

Montée assez difficile et longue, heureusement elle se fait à la fraîche car le soleil n’a pas passé les cimes. Donc je ne transpire pas trop et grâce à mon Camel Bak (2 Litres) je peux aisément m’hydrater.

Même chemin mais angles et points de vue différents.

Arrivée au Col del Pal en 2 heures. Je m’installe sur un gros rocher prend la mesure de ce paysage qui m’est devenu un peu plus familier :

Madres – Carlit – Col Mitja – d’un côté, Massif du Canigou de l’autre, Crêtes frontalières

Il est 10 heures du matin et je vois un jeune Cerf remonter de la forêt côté Mantet pour traverser le Col à 200 mètres de moi, en trottinant il rejoint la forêt de l’autre versant. Que demander de plus !!!

Je repars et avale la descente sans encombre jusqu’à Mantet.

Retour à la « civilisation »

Panneau des distance sur le GR10
GR10 entre Mantet et Refuge de la Carança

Liste évolutive des randonnées proposées :

  1. Haute vallée de la Carança au départ de Mantet
  2. Petit Vignemale au départ de Pont d’Espagne
  3. Pic Carlit 2921 métres au départ des Bouillouises
Attention : La pratique de la marche, de la randonnée et du trekking du bushcraft comporte des risques inhérents à ces activités.
Nous vous recommandons donc la plus grande prudence dans l’interprétation et l’utilisation des données fournies dans ce blog.
Malgré tout le soin accordé à leur exactitude, les informations fournies par ce blog ne pourront en aucun cas engager la responsabilité de son auteur.
Par ailleurs, l’auteur et les personnes qui participent au blog et au site déclinent toute responsabilité en cas d’accident et ne pourront être tenus pour responsables de quelque manière que ce soit.